Sélectionner une page

6.3 Témoignages de patients

Place des forums des malades et de leur famille
Rôle de l’entourage
Témoignages de patients


6.3 Témoignages de patients

 

Des témoignages de patients guéris sous baclofène il y en a des centaines, en voici quelques uns :

Dans les bonnes news, 3 jours de réussite, à zero….

Et en fait je n’y pense quasiment plus. Et je me sens dans un état de détente et de forme que j’avais oublié complètement…., les jambes un peu lourdes, et les nuits courtes. Mais tout à fait gérable. Couché 2h levé 7h mais en forme

C’est assez bizarre ce que je vais dire, mais je suis né le 13 décembre…….et j’ai l’impression d’être « re » né  il y a trois jours, je prends plaisir à tout même à tondre la pelouse…….enfin mon entourage, estime que c’est le jour et la nuit, ce qui est aussi le plus important.

Pour mes prises je suis à 10 mg à 11h / 20 mg à 14 h / 20 à 17 h00 / et 10 à 19 h00 soit 60 mg.

Enfin voilà, je vais profiter de mon week end « soleil » c’est bien rare ….

Ca commençait à sentir bon, non?

Vous l’aviez senti aussi, non ?
Je me suis inscrit sur le forum le 16 juin 2012 vers 9h30, c’était un samedi matin

Il était à peu de choses près la même heure qu’aujourd’hui
Il faisait chaud, je faisais rafale de pastis
Là il fait froid, je fais rafale de ricorée

Le 18 juin, on m’a donné l’adresse d’un toubib
Le 22 juin, rendez-vous chez un petit doc sympatoche à 30 bornes de chez moi en pleine cambrousse
Le 22 juin au soir, j’avalais mon premier baclo, j’en prends ce jour 30 comprimés

Un long parcours, des hauts, des bas, des larmes, des rires, des cuites, des wood faces…
8 mois que je ne regrette absolument pas car vous savez quoi ?
Je suis heureux ce jour, heureux depuis quelque temps déjà.

Non, ce ne fut pas le déclic miraculeux qui surgit d’un coup et je suis bien incapable de vous donner la date précise de ma sortie de prison. A un moment, tu regardes dans le rétroviseur et tu te dis : « mon pote, tu y es » et la joie t’envahit

Cette victoire les amis, c’est la nôtre, sans vous, j’aurais abdiqué très rapidement, je vous l’ai déjà dit
Merci, merci, merci, merci, merci puissance n

Je ne suis pas abstinent, je savoure d’excellents breuvages sans plus aucune envie de me la coller
Mon rapport à l’alcool est devenu normal, je suis indifférent les aminches.
J’ai les larmes aux yeux comme le 16 juin au matin, mais pas pour la même raison …

Ma timidité maladive m’a fait retarder le moment où je l’annoncerai!

Je ne suis plus dépendante à la codéine et à l’alcool depuis 3 semaines au bout d’un mois et demi de traitement.

Je suis stabilisée à 120mg/jour et donc GUERIE!!!! en mai…
Mon médecin que j’ai vu ce matin m’a remerciée de lui avoir parlé de mon expérience!
Bon! De là à ce qu’il accepte de se lancer dans la bataille des pionniers… c’est pas gagné! Il m’a avoué aussi, aller souvent sur le forum pour s’informer! Je ne désespère pas. Je l’aurai un jour, je l’aurai!
Voilà un message d’espoir pour tous ceux qui commencent, qui doutent, qui replongent parfois… Le Baclo fonctionne!!!

Merci aussi à tous ceux qui interviennent sur le forum (guéris et pas guéris) pour se soutenir mutuellement, jour et nuit!
Beau geste de solidarité et d’humanité! C’est réconfortant!
A tous, MILLE MERCIS!!!!!

Hier soir je dîne en charmante compagnie. Il fait beau et la journée à été merveilleuse en tous points.

Je suis heureux comme avant un craving…
Foie gras, tatare marocain, carpaccio et vin de Bordeaux.
Sur le boulevard le soleil n’en finit pas de se coucher et passent les trams de cette petites ville de province…
Soudain je fais le point.
Je n’ai bu que deux verres de vin. Je n’ai plus envie d’en boire. Il est l’heure où normalement, je joue au toréador avec les trams pour mimer Belmondo dans « Un singe en hiver », l’heure où je deviens fou pour ses beaux yeux qui se terniront sans que je puisse le voir. Il est l’heure du grand moi. De l’énergie du désespoir dans l’absurde, de la pitié, de la police, de la baston, des derniers soins, de la panique de n’avoir plus d’alcool, il est l’heure de bruler en enfer.

Hier, il était l’heure de parler doucement, d’écouter tendrement, de rêver de demain, de regarder ses yeux, de rentrer sans problème en voiture sans crainte du condé, d’être gentiment grisé par tant de bonheur nouveau, jamais touché jusque là.

Le Baclo a soigné mon mal. Il a changé ma vie. Si tu es nouveau, que tu lis par hasard en passant de fils en fils, saches ce qui peut t’attendre demain et prépare toi dès à présent.