Sélectionner une page

3.3 Olivier Ameisen : une découverte extraordinair

Abstinence ou consommation contrôlée
Estimation de la consommation d’alcool en unité
Olivier Ameisen, une découverte extraordinaire
Une solution miracle ?


3.3 Olivier Ameisen : une découverte extraordinaire

Olivier Ameisen, cardiologue, atteint d’alcoolisme sévère et réfractaire à tous les traitements disponibles, a très vite été persuadé que cette maladie a une base neurobiologique et que le craving en est la clé.

Il cherche alors dans la littérature les médicaments susceptibles d’agir sur le craving et découvre l’efficacité du baclofène sur des rats rendus dépendants. Le baclofène est le seul médicament à avoir cet effet.

Il découvre en outre, l’efficacité du baclofène, sur la réduction du craving humain à travers les travaux de l’équipe romaine conduite par G. Addolorato, ainsi que la possibilité de prendre jusqu’à 300 mg/j par voie orale, puisque cette pratique est utilisée par certains neurologues qui considèrent en effet l’administration de baclofène par voie intrathécale dangereuse.

Devant ces résultats, il émet le postulat que ce qui arrive aux rats peut s’appliquer à l’homme et décide de s’administrer du baclofène à haute dose. Il devient indifférent à l’alcool à la dose de 270mg/jour le 14 février 2004.

Après avoir tenté sans succès d’alerter la communauté scientifique en publiant en 2004 son « self case report », afin que soient effectués des essais sur le baclofène, il écrit un livre grand public en 2008 « Le dernier verre ».

La  disparition le 18 juillet 2013 de ce grand homme et de l’ami qu’il était nous a plongés dans une grande tristesse.
Nous  n’aurons pas eu l’occasion de le connaître assez longtemps.

Le 3 juin, il a pu assister à la première reconnaissance officielle de sa découverte avec la RTU. Ce jour-là nous l’avons vu détendu et content. Et il nous a téléphoné le lendemain pour nous remercier.
Nous sommes fiers d’avoir contribué à promouvoir le traitement qu’il a découvert.

Il est triste  qu’il n’ait pas eu le temps de jouir de sa réussite et tous les honneurs qu’elle méritait.