Nous médecins, prescripteurs de baclofène pour nos patients dépendants nous l’avons promis lors de notre serment d’Hippocrate « Je ferai tout pour soulager les souffrances ».

Nous ne nous laisserons pas intimider par les  fake news de notre Agence du Médicament qui parle en les dramatisant des effets secondaires  du Baclofène et tente d’ inquiéter  médecins et malades sur la base d’études contestées par l’ensemble de la communauté médicale.

Ces gens-là ne cherchent qu’à se protéger eux-mêmes au mépris de la santé publique.

Les ¾ des malades ont besoin de posologies supérieures à 80 mg pour guérir.

Alors nous ne nous alignerons pas sur cet AM.

Mais il y aura une conséquence dramatique à cette décision : les malades devront payer eux-mêmes leur traitement ce qui aggravera encore plus l’inégalité existante déjà scandaleuse face à la maladie dans notre pays.

Cependant il faut respecter un protocole pour bien prescrire le baclofène. RESAB appelle donc médecins et pharmaciens à rejoindre ses formations qui vont redémarrer en 2019.