Sélectionner une page

10.4 Association Baclofène

Olivier Ameisen, la découverte
« Pourquoi nous prescrivons du Baclofène » : article du Monde
Association Aubes : les pionniers
Association Baclofène


10.4 Association Baclofène

En 2004, Olivier AMEISEN fait une découverte majeure : le Baclofène à haute dose permet de traiter l’alcoolo-dépendance. Il publie son expérience d’abord dans une revue scientifique puis dans un livre « Le dernier verre » paru en 2008.
A partir de là, aidés par des médecins précurseurs, des centaines, puis des milliers de malades sont traités et libérés de cette maladie contre laquelle les autorités de santé ne proposent rien, hormis un circuit sevrage/abstinence qui brille par son inefficacité (45 000 morts par an) et son coût (20 milliards d’euros annuel).

Face à l’inertie des pouvoirs publics, aux réticences, aux obstructions mêmes des mandarins de l’alcoologie, des malades et leurs familles se regroupent pour faire connaître et revendiquer le droit de bénéficier de ce traitement et créent en mai 2011 l’Association BACLOFÈNE.

Notre association est autonome, elle n’a ni conflit d’intérêt, ni dépendance de quelque nature que ce soit. L’essentiel de ses recettes provient des cotisations de ses membres. Tous sont bénévoles.

Nous sommes convaincus que certains s’opposent de façon délibérée, systématique et honteuse depuis 2005 à ce traitement parce qu’ils ont compris que l’extraordinaire découverte faite par Olivier Ameisen va bouleverser la rentable filière de l’alcoologie. Et continueront à s’y opposer tant qu’ils le pourront …

Face à eux, nous sommes déterminés à faire reconnaître le plus rapidement possible et de manière officielle l’efficacité et l’innocuité du Baclofène à haute dose dans le traitement de l’alcoolo-dépendance.

Les principaux axes de travail de notre association :
La veille documentaire et la mise à disposition de tous d’informations classées,
par exemple :
Publications scientifiques
Documents officiels ANSM, SFA, FFA.

Un relais médiatique d’initiatives de médecins et de témoignages de malades, comme :
Les fructueux échanges avec l’ANSM de Bernard Granger
– Le « coup de gueule » de Renaud de Beaurepaire dans  le « courrier des addictions »  ou sa publication dans « Frontiers »
– La mise en avant sur le forum  www.baclofene.com des interventions TV, radio, presse des militants « pro baclo »
– l’article du Nouvel Observateur de mai 2012

Une expression publique libre qui nous permet d’exprimer notre point de vue et dénoncer des situations que nous considérons scabreuses.
–  Structures et conflits d’intérêts aux plus hauts niveaux des sociétés savantes
–  Nalmefène/Selincro, à quoi il ne sert pas, pourquoi il devrait tout de même bientôt obtenir une AMM …
– Baclofène,  une première victoire mais la guerre n’est pas gagnée
– Ainsi que des commentaires laissés systématiquement sur internet au fil des articles

La gestion du plus actif des forums « alcool » « Baclofène alcool et autres dépendances » (TCA, médicaments, ..) animé par des bénévoles motivés afin :
– D’aider ceux qui le souhaitent à accéder au baclofène, en leur donnant les clés pour convaincre leur médecin ou en leur indiquant l’adresse d’un médecin convaincu.
– Soutenir ceux qui se lancent dans ce traitement tout au long de leur parcours.
– Partager les expériences.
Recenser les guérisons : protocole, durée du traitement, quantité de Baclofène, ES/EI…

Des actions en vue de l’obtention rapide d’une reconnaissance officielle du Baclofène.
– Création de la pétition  « Le scandale du Baclofène ! Obtenons au plus vite l’AMM », 6 500 signatures.
– Interpellation de tous les intervenants concernés pour la mise en place d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) : ANSM, HAS, UNCAM, SFA, FFA, Ministère de la Santé, SANOFI, NOVARTIS,
– Rencontres avec le laboratoire ETHYPHARM.

L’organisation de colloques tel que celui du 17 novembre 2012 « Baclofène  quoi de neuf ? »

L’enquête « Alcoolisme et baclofène », qui nous a permis de faire une synthèse sur le résultat du traitement par le baclofène de plusieurs centaines de personnes

Avec l’obtention de la RTU, le baclofène vient d’être reconnue de manière officielle, mais il reste bien des choses à accomplir.
Nous devons être encore plus nombreux, rejoignez-nous, adhérez  : http://www.baclofene.org/adhesion-a-lassociation